Nous rappelons à chacun que ces éditos appartiennent à Catherine Zarcate. Ces textes ne seront réellement publics qu’une fois édités. Nous cherchons un éditeur... En attendant, le partage, même d’extraits, sur réseaux sociaux est interdit. De même, ne pas les transmettre par internet à vos amis. Nous faisons confiance à nos lecteurs pour leur respect de la propriété intellectuelle. Merci de votre collaboration !

Les Anciennes Lettres d'Infos
Septembre 2018 - Juillet / Août 2018 - Juin 2018 - Mai 2018 - Avril 2018 - Mars 2018 - Février 2018 - Janvier 2018 - Décembre 2017 - Novembre 2017 - Octobre 2017 - Septembre 2017 - Juillet/Aout 2017 - Juin 2017 - Mai 2017 - Avril 2017 - Mars 2017 - Février 2017 - Janvier 2017 - Décembre 2016 - Novembre 2016 - Octobre 2016 - Septembre 2016 - Juillet/Août - Juin 2016 - Mai 2016 - Avril 2016 - Mars 2016 - Février 2016 - Janvier 2016 - Décembre 2015 - Novembre 2015 - Octore 2015 - Septembre 2015 - Juillet-Aout 2015 - Juin 2015 - Mai 2015 - Avril 2015 - MARS 2015 - Février 2015 - Janvier 2015 - Décembre 2014 - Novembre 2014 - Octobre 2014 - Septembre 2014 - Juillet / Août 2014 - Juin 2014 - Mai 2014 - Avril 2014 - Mars 2014 - Février 2014 - Janvier 2014 - Décembre 2013 - Novembre 2013 - Octobre 2013 - Septembre 2013 - Juillet-Août 2013 - Juin 2013 - Mai 2013 - Avril 2013 - Mars 2013 - Février 2013 - Janvier 2013 - Décembre 2012 - Novembre 2012 - Octobre 2012 - Septembre 2012 - Juillet 2012 - Juin 2012 -
Edito avril 2013

L’ouverture

" J’ai souvent eu de beaux échanges avec des conteurs autour de cette expérience d’élargissement de soi qui advient parfois sur scène. Quelque chose s’ouvre, qui nous rend plus beau, plus ouvert, plus généreux, plus grand que dans notre vie quotidienne.
On pourrait croire que cet être que nous sommes sur scène est construit de toutes pièces comme une « persona ». Mais il n’en est rien. En réalité, c’est bien cet être là, ouvert et majestueux, qui témoigne de la vérité intime de nous-mêmes. C’est une bonne nouvelle !
Rousseau parlait « d’être tout entier avec soi ». J’aime expérimenter cette occasion d’utiliser tout ce que je suis. La conscience rayonne, dirige la barque et encadre les personnages qui, - lumineux ou glauques ! - interviennent à leur juste place pour le bien du récit. Ah ! Quel repos que ce merveilleux ordonnancement, quand la conscience domine la situation ! Cette expérience miniature, comment la faire durer dans la vie quotidienne ? " CZ

" HONNEUR, RESPECT ... "
Mimi Barthélémy nous a quitté. Elle qui était comme un feu de joie vive ! Elle nous laisse avec la lumière de son sourire et l’exemple de sa pèche.
Elle m’avait confié un texte qu’elle avait écrit tout exprès pour qu’il soit lu au colloque des Femmes Conteuses. Il retrace sa vie de manière magistrale et émouvante et y dévoile sa sagesse.
Pour le lire, suivez ce lien.
PROCHAINEMENT
Spectacle

Le mercredi 03 avril 2013 à 14h30 à Ballancourt (91)

- "Contes de l’Inde" dès 7 ans, par Catherine Zarcate

à l’Espace Daniel Salvi
2 rue des Colombes, 91610 BALLANCOURT-SUR-ESSONNE
Réservations : 01 64 93 21 77

Réservations des programmateurs : Nicolas Montarry / 06 46 64 27 69 / prod@catherine-zarcate.com

PROCHAINEMENT
Festival et Spectacle

Le jeudi 23 mai 2013 à 21h à La Valette du Var (83)

Dans le cadre du Festival CONTES & JARDINS :

- " Contes d’Amour " - extrait de Bazar de Nuit, tout public dès 7 ans, par Catherine Zarcate

Le Parc des Troènes
109 avenue François Fabié, 83160 La-Valette-du-Var
Réservations : la billetterie est ouverte à partir du 14 mai 2013
- 04 94 23 62 06

Réservations pour les programmateurs : Nicolas Montarry / 06 46 64 27 69 / prod@catherine-zarcate.com


Le vendredi 24 mai 2013 à 17h30 à La Valette du Var (83)

Dans le cadre du Festival CONTES & JARDINS :

- " Loukoum et autres pistaches " - extraits de Bazar de Nuit, tout public dès 7 ans, par Catherine Zarcate

Le Parc des Troènes
109 avenue François Fabié, 83160 La-Valette-du-Var
Réservations : la billetterie est ouverte à partir du 14 mai 2013
- 04 94 23 62 06

Réservations pour les programmateurs : Nicolas Montarry / 06 46 64 27 69 / prod@catherine-zarcate.com


Le samedi 25 mai 2013, à La Valette du Var (83)

Dans le cadre du Festival CONTES & JARDINS :

- 11h15 : " Contes à l’Air Libre " - extraits de Bazar de Nuit, tout public dès 7 ans, par Catherine Zarcate

- 14h15 : sieste contée " La Caravane des Contes " - extraits de Bazar de Nuit, tout public dès 7 ans, par Catherine Zarcate

- 21h : Soirée contée, avec les conteuses et conteurs du festival

Le Parc des Troènes
109 avenue François Fabié, 83160 La-Valette-du-Var
Réservations : la billetterie est ouverte à partir du 14 mai 2013
- 04 94 23 62 06

Réservations pour les programmateurs : Nicolas Montarry / 06 46 64 27 69 / prod@catherine-zarcate.com


Le dimanche 26 mai 2013 à 20h à Bruxelles, Belgique

Dans le cadre des Dimanches du Conte :

- "Contes de Jade" dès 10 ans, par Catherine Zarcate

au Centre Culturel Bruegel
247 rue Haute, 1000 BRUXELLES - BELGIQUE
Réservations : info@dimanchesduconte.be

Réservations pour les programmateurs : Nicolas Montarry / 06 46 64 27 69 / prod@catherine-zarcate.com

PROCHAINS STAGES
Rythmes de l’Oralité en avril, Contes et Nature en juillet

- Les prochains stages pratiques de Catherine Zarcate :

- " Les rythmes de l’oralité / l’oralité par le rythme " les 06 et 07 avril 2013, à Paris : niveau approfondissement, confirmé, avancé.
« Conter en restant sur son axe, sentir les rythmes, oser les contrastes » (lire la suite)
renseignements et inscriptions : info@catherine-zarcate.com

- " Contes et Nature : la "nature" humaine " du 08 au 12 juillet 2013, dans les Vosges : niveau au delà de intermédiaire.
« Tels BACHELARD se promenant dans la littérature, nous interrogerons, quant à nous, directement la nature pour forger nos propres références, appuyées sur notre sensibilité » (lire la suite)
renseignements et inscriptions : info@catherine-zarcate.com

- Retrouvez toutes les formations à venir sur la page CALENDRIER DES FORMATIONS

Cliquez sur le titre pour en voir le détail

- Inscrivez-vous dès à présent : info@catherine-zarcate.com

J’AI AIME
La Femme dans la Conte, la Femme Conteuse

Les résonances sont encore là à œuvrer, après la journée de colloque "Journée de colloque et de réflexion : La femme dans le conte, la femme conteuse - 21 février Paris" . Il est important de travailler ensemble, de se réunir, de faire vibrer de manière commune les sujets de nos préoccupations. Le partage est essentiel et enrichissant, permettant à chacun d’élargir sa conscience en contact avec l’expérience des autres. Un grand merci pour cette journée, aux organisatrices et à la bibliothèque de l’Heure Joyeuse.

En lien, le site de l’Apac, site des conteurs professionnels, regorgeant d’informations sur le métier : http://conteurspro.fr

J’AIME
Pascal Fauliot

Vrai bonheur : sans vouloir me répéter, j’aime les livres de Pascal Fauliot dans la collection « Contes des Sages de… ». Cette fois-ci, il nous a concocté un « Contes des Sages Zen », qui est particulièrement riche et innovant. Habituellement les contes zen sont courts. Pascal a trouvé une sorte de magnifique héros dont il suit les aventures ; on va de conte en conte - qui restent courts - mais l’enchaînement conte aussi une histoire, et montre l’étendue du personnage, sa richesse, sa dimension. C’est particulièrement bien fait et on peut entrer de manière plus profonde dans cette culture. Bravo !, donc, encore une fois, à notre cher Pascal !

Contes des sages zen, Pascal Fauliot, Le Seuil 2013

JE RECOMMANDE
"Légendes du Tibet", Natacha Kimberly

Un bon livre : contes traditionnels, bien racontés par quelqu’un qui connait les gens et le pays ; très vivant et agréable à lire :

LÉGENDES DU TIBET, de Natacha Kimberly, Editions Ramsay

http://www.tibet-info.net/www/Legendes-du-Tibet-Natacha-Kimberly.html

Avis aux amateurs ! :)

JE RECOMMANDE
Le Festival EPOS

Le Festival EPOS : festival des histoires, à Vendôme du 01 au 07 juillet 2013.

- je recommande la soirée du vendredi 5 juillet : Le Mahâbhârata, épopée indienne avec marionnettes indonésiennes.

- Catherine Zarcate racontera le samedi 06 juillet à 11h au Minotaure, 8 Rue César de Vendôme, 41100 VENDOME dans le cadre du Salon du livre de contes.
Le Spectacle sera suivi d’une séance de dédicaces.

A LIRE
Au delà des personnages

Ne pas séparer les personnages. Quand on fait cela, pour soi-même, on risque de s’objectiver, ou d’objectiver des énergies en soi. Cela met comme « dehors » ce qui est dedans. Cela crée une disharmonie, des séparations, des catégories fausses, des isolements illusoires de parties de nous-mêmes qui n’existent que pour un temps. Les nommer est dangereux : cela crée des distinctions dans le vivant - qui est bien plus fluide qu’on ne le voudrait !

Ces entités passagères se mettent alors à prendre trop d’énergie dans notre attention, finissent par prétendre à une autonomie, se fixent de plus en plus, bref, se mettent à « exister » et nous emportent dans la dispersion.

-  Lire la suite !

A LIRE
Contes et Nature

La Formation à l’Art du Conteur en contact avec la Nature

CONTES ET NATURE : LA NATURE HUMAINE

DUREE : 35 heures. (sur 5 jours).

OBJECTIFS :

1) Proposer au stagiaire conteur, par le travail en salle classique associé à une rencontre sensible des éléments de la nature, d’intégrer sa parole dans un champ de conscience plus large, approfondi, incluant sa finesse propre, sa dimension sensible et créative.
2) Proposer au stagiaire conteur d’ancrer sa parole dans l’intime de sa relation à la nature de manière qu’il y trouve un enracinement et une profondeur durables.
3) Permettre ainsi au stagiaire conteur de se sentir « auteur de sa parole » et de réfléchir à la portée de cette dernière.
4) Mieux comprendre les plans symboliques des contes. Lire la suite !

Conter en ayant le public dans le dos

Conter en ayant le public dans le dos.

" En Indonésie, dans la tradition du wayang kulit, le célèbre théâtre d’ombres qui utilise de très fines marionnettes de cuir, le public peut suivre l’histoire des deux côtés du castelet : soit il s’assied face au grand drap où les ombres sont projetées, soit il le contourne et découvre l’orchestre gamelan, les chanteuses et le conteur de dos qui manipule ses marionnettes face au drap. Là aussi, des chaises sont proposées. J’ai pu assister l’autre soir à une telle séance et n’ai cessé d’aller et venir d’un lieu à l’autre sans arriver à choisir quelle magie je préférais !
Du côté des ombres, on entre plus dans l’histoire. La rêverie est première et très puissante. Du coté du conteur on est saisi par les couleurs des marionnettes, la vie du conteur qui fait toutes les voix, s’amuse, se passionne, crie ou supplie, bref, vit son histoire à fond, mais dont toutes les physionomies nous demeurent invisibles ! Jamais il ne se retourne. Parfois un enfant – peut-être le sien - saisit des marionnettes faites à sa taille et imite en arrière, sur le plateau devenu terrain de jeu, les gestes traditionnels. Cette transmission est invisible du côté des ombres portées.

Comme beaucoup de conteurs, j’aime conter dans le noir et remercie l’orage qui m’en donne trop rarement l’occasion ! Nous avons tous témoigné de sentir alors une intense proximité avec le public, une magie, un souffle qui nous unit... Et à nous tous, ce noir a enseigné que la perte des expressions de visage n’a aucune importance et que « ça passe autrement ».
Pour le conteur de wayang, par où ça passe ? Il est très concentré, par sa posture même, et aussi très animé. Le plus gros de l’histoire est pris en charge par la voix. Mais le plus fin, le plus émouvant - que nous faisons passer par la finesse du visage - lui ne peut pas le montrer. Alors, de sa main sensible, il le fait passer à sa marionnette et la rend bouleversante. Il y a là une très belle cohérence entre l’art et la posture. J’en reste émerveillée. " CZ