Nous rappelons à chacun que ces éditos appartiennent à Catherine Zarcate. Ces textes ne seront réellement publics qu’une fois édités. Nous cherchons un éditeur... En attendant, le partage, même d’extraits, sur réseaux sociaux est interdit. De même, ne pas les transmettre par internet à vos amis. Nous faisons confiance à nos lecteurs pour leur respect de la propriété intellectuelle. Merci de votre collaboration !

Les Anciennes Lettres d'Infos
Septembre 2018 - Juillet / Août 2018 - Juin 2018 - Mai 2018 - Avril 2018 - Mars 2018 - Février 2018 - Janvier 2018 - Décembre 2017 - Novembre 2017 - Octobre 2017 - Septembre 2017 - Juillet/Aout 2017 - Juin 2017 - Mai 2017 - Avril 2017 - Mars 2017 - Février 2017 - Janvier 2017 - Décembre 2016 - Novembre 2016 - Octobre 2016 - Septembre 2016 - Juillet/Août - Juin 2016 - Mai 2016 - Avril 2016 - Mars 2016 - Février 2016 - Janvier 2016 - Décembre 2015 - Novembre 2015 - Octore 2015 - Septembre 2015 - Juillet-Aout 2015 - Juin 2015 - Mai 2015 - Avril 2015 - MARS 2015 - Février 2015 - Janvier 2015 - Décembre 2014 - Novembre 2014 - Octobre 2014 - Septembre 2014 - Juillet / Août 2014 - Juin 2014 - Mai 2014 - Avril 2014 - Mars 2014 - Février 2014 - Janvier 2014 - Décembre 2013 - Novembre 2013 - Octobre 2013 - Septembre 2013 - Juillet-Août 2013 - Juin 2013 - Mai 2013 - Avril 2013 - Mars 2013 - Février 2013 - Janvier 2013 - Décembre 2012 - Novembre 2012 - Octobre 2012 - Septembre 2012 - Juillet 2012 - Juin 2012 -
Edito février 2013

Conter en ayant le public dans le dos.

" En Indonésie, dans la tradition du wayang kulit, le célèbre théâtre d’ombres qui utilise de très fines marionnettes de cuir, le public peut suivre l’histoire des deux côtés du castelet : soit il s’assied face au grand drap où les ombres sont projetées, soit il le contourne et découvre l’orchestre gamelan, les chanteuses et le conteur de dos qui manipule ses marionnettes face au drap. Là aussi, des chaises sont proposées. J’ai pu assister l’autre soir à une telle séance et n’ai cessé d’aller et venir d’un lieu à l’autre sans arriver à choisir quelle magie je préférais !
Du côté des ombres, on entre plus dans l’histoire. La rêverie est première et très puissante. Du coté du conteur on est saisi par les couleurs des marionnettes, la vie du conteur qui fait toutes les voix, s’amuse, se passionne, crie ou supplie, bref, vit son histoire à fond, mais dont toutes les physionomies nous demeurent invisibles ! Jamais il ne se retourne. Parfois un enfant – peut-être le sien - saisit des marionnettes faites à sa taille et imite en arrière, sur le plateau devenu terrain de jeu, les gestes traditionnels. Cette transmission est invisible du côté des ombres portées.

Comme beaucoup de conteurs, j’aime conter dans le noir et remercie l’orage qui m’en donne trop rarement l’occasion ! Nous avons tous témoigné de sentir alors une intense proximité avec le public, une magie, un souffle qui nous unit... Et à nous tous, ce noir a enseigné que la perte des expressions de visage n’a aucune importance et que « ça passe autrement ».
Pour le conteur de wayang, par où ça passe ? Il est très concentré, par sa posture même, et aussi très animé. Le plus gros de l’histoire est pris en charge par la voix. Mais le plus fin, le plus émouvant - que nous faisons passer par la finesse du visage - lui ne peut pas le montrer. Alors, de sa main sensible, il le fait passer à sa marionnette et la rend bouleversante. Il y a là une très belle cohérence entre l’art et la posture. J’en reste émerveillée. " CZ

WAYANG KULIT
BMP - 1.9 Mo
PROCHAINEMENT
Spectacle

Dans le cadre du 27ème Festival de Contes d’Hiver :

> Le 16 février 2013 à 20h et le 17 février 2013 à 18h, à Paris (75013) - réservation indispensable

- "Sur les Ailes de la Bonté ", Création 2013, par Catherine Zarcate
Spectacle de 7 à 99 ans.
(Conte tibétain)

- au Centre Mandapa
6 rue Wurtz, 75013 PARIS
Métro Glacière
réservations : 01 45 89 99 00 / centremandapa@yahoo.fr

- réservations « pro » : Nicolas Montarry / 06 46 64 27 69 / prod@catherine-zarcate.com

PROCHAINS STAGES
Art du Conteur, Oralité par le Rythme, Contes et Nature

- Les prochains stages pratiques de Catherine Zarcate :

- " Art du Conteur " les 09 et 10 février 2013, à Paris : niveau intermédiaire ; renseignements et inscriptions : info@catherine-zarcate.com

- " Les rythmes de l’oralité / l’oralité par le rythme " les 06 et 07 avril 2013, à Paris : niveau approfondissement, confirmé, avancé ; renseignements et inscriptions : info@catherine-zarcate.com

- " Contes et Nature : la "nature" humaine " du 08 au 12 juillet 2013, dans les Vosges : niveau au delà de intermédiaire ; renseignements et inscriptions : info@catherine-zarcate.com

- Retrouvez toutes les formations à venir sur la page CALENDRIER DES FORMATIONS

Cliquez sur le titre pour en voir le détail

- Inscrivez-vous dès à présent : info@catherine-zarcate.com

- Catherine Zarcate intervient également en tant que formatrice pour d’autres structures :
Les 16 et 17 mars 2013 à Vienne (38) :
- Formation : « Le Merveilleux 1 » pour l’association Ad’Vienne Stage à accès réservé. (la suite en juin 2013 puis janvier 2014).
infos : info@catherine-zarcate.com

J’AIME
" Le Banian Blanc "

E.D. Inandiak est l’auteur connue des « Chants de L’île à Dormir Debout ». Adoptée par le pays, elle crée, dans son livre « Le Banian Blanc », un conte qu’elle situe dans le plus haut village accroché au flanc du volcan Mérapi, le volcan dévastateur de Java. Or, quand elle s’y rend, bien plus tard, elle réalise que son récit est profondément connecté aux anciennes légendes du village.

J’ai été extrêmement sensible à la manière, pleine de compassion et de courage, dont elle y traite la souffrance, exprimant la nécessité de faire face sans peur. Quelque chose de subtil passe par le fait que ce message était associé à la présence du Volcan, comme si ce lieu enseignait cela par son existence même, comme sa sagesse inhérente.

Un homme exceptionnel y vécut de manière traditionnelle jusqu’à son dernier souffle. Il portait la charge royale d’être le « Gardien des Clés du Volcan ». Sa manière de parler, de rêver, de vivre en relation spirituelle avec les forces de la nature, m’a irrésistiblement fait penser aux grands voyants amérindiens du siècle passé. Dans son livre, Elisabeth consigne ses paroles et un rêve qu’il fit, puissant comme un mythe.

En ce lieu, les légendes étaient vivantes. Depuis l’éruption de 2010, Elisabeth, s’est mise au service des gens de ce village. Ils lui ont demandé la suite du « Banian Blanc »…

JE RECOMMANDE
Le colloque " Les femmes dans le conte - les femmes conteuses "

La seconde journée de colloque et de réflexion :

“Les femmes dans le conte – Les femmes conteuses”
Jeudi 21 février 2013 de 9h00 à 17h00

à la Bibliothèque L’Heure Joyeuse à Paris
6/12 rue des prêtres Saint Séverin, Paris 75005 / M° St Michel

Réservation conseillée : 01 56 81 15 60 - bibliotheque.heurejoyeuse@paris.fr

avec les chercheuses : Nicole Belmont, Chantal Delacotte, Françoise Clier Colombani et Nadine Jasmin
qui partageront sur leur travaux
et les conteurs-euses : Nora Aceval, Didier Kowarsky, Françoise Barret et Catherine Zarcate
qui témoigneront autour de leur pratique

Programme complet en cliquant sur la vignette.

Cette journée se déroule au sein d’une bibliothèque municipale et aucune billetterie n’est possible sur place.
Si vous souhaitez soutenir financièrement cette journée merci d’envoyer votre participation avec le bulletin d’inscription, à télécharger en cliquant sur la vignette.

Organisé par les associations APAC, HF et la Bibliothèque l’Heure Joyeuse

Vous pouvez également télécharger le compte rendu de la première journée sur les sites :
http://conteurspro.fr
http://www.hfrhonealpes.fr/
http://h.f.idf.free.fr/

PDF - 246 ko
Programme complet fevrier 2013


Word - 927 ko
Inscription - Souscription fevrier 2013
A LIRE
L’adaptation d’un conte

L’adaptation d’un conte
par Catherine ZARCATE

Il y a du chineur, dans le conteur. Car les contes se trouvent bien souvent comme endormis dans des livres, attendant le conteur qui enfin les dénichera, les trouvera splendides et remarquables, aura envie de les conter, bref, les éveillera et leur donnera une seconde vie.
J’aime chercher ces récits demi-oubliés. Quand j’en trouve un, je le considère comme un trésor.

-  Lire la suite !

Cet article a été rédigé pour le nouveau catalogue contes de SYROS, que vous pouvez feuilleter en ligne en cliquant ici.

Lycée français, Jakarta, Indonésie
Photo de classe, 24 janvier 2013