Nous rappelons à chacun que ces éditos appartiennent à Catherine Zarcate. Ces textes ne seront réellement publics qu’une fois édités. Nous cherchons un éditeur... En attendant, le partage, même d’extraits, sur réseaux sociaux est interdit. De même, ne pas les transmettre par internet à vos amis. Nous faisons confiance à nos lecteurs pour leur respect de la propriété intellectuelle. Merci de votre collaboration !

Les Anciennes Lettres d'Infos
Septembre 2018 - Juillet / Août 2018 - Juin 2018 - Mai 2018 - Avril 2018 - Mars 2018 - Février 2018 - Janvier 2018 - Décembre 2017 - Novembre 2017 - Octobre 2017 - Septembre 2017 - Juillet/Aout 2017 - Juin 2017 - Mai 2017 - Avril 2017 - Mars 2017 - Février 2017 - Janvier 2017 - Décembre 2016 - Novembre 2016 - Octobre 2016 - Septembre 2016 - Juillet/Août - Juin 2016 - Mai 2016 - Avril 2016 - Mars 2016 - Février 2016 - Janvier 2016 - Décembre 2015 - Novembre 2015 - Octore 2015 - Septembre 2015 - Juillet-Aout 2015 - Juin 2015 - Mai 2015 - Avril 2015 - MARS 2015 - Février 2015 - Janvier 2015 - Décembre 2014 - Novembre 2014 - Octobre 2014 - Septembre 2014 - Juillet / Août 2014 - Juin 2014 - Mai 2014 - Avril 2014 - Mars 2014 - Février 2014 - Janvier 2014 - Décembre 2013 - Novembre 2013 - Octobre 2013 - Septembre 2013 - Juillet-Août 2013 - Juin 2013 - Mai 2013 - Avril 2013 - Mars 2013 - Février 2013 - Janvier 2013 - Décembre 2012 - Novembre 2012 - Octobre 2012 - Septembre 2012 - Juillet 2012 - Juin 2012 -
Edito

De la « décharge » à l’artistique

"Un sujet de réflexion, un texte un peu long, mais pour deux mois !... Dans notre jargon, on appelle « décharge » un poids qui n’appartient pas intrinsèquement au récit mais émane de la psyché du conteur et s’infiltre à son insu dans sa parole et/ou son énergie au moment où il conte. Elle peut venir d’un souci de la semaine ou d’une souffrance ancienne. Quand elle est récente, elle habite l’humeur du conteur et influence globalement le récit. Quand elle vient de loin, elle s’est agglutinée lors de sa préparation en amont à un symbole, une situation, une émotion d’un personnage, et profite du contage pour s’évacuer.

Ce phénomène soulage le conteur (d’où son nom) mais « plombe » le récit. Le public ne comprend pas toujours clairement de quoi il s’agit mais sent une lourdeur, quelque chose de désagréable, se sent mal à l’aise, ou tout simplement « n’aime pas »… On entend parfois ce commentaire à la sortie : « il y avait beaucoup de souffrance »…

Pour se délivrer de la décharge récente, bien se centrer avant la séance suffit. J’en ai déjà parlé. L’intention aide aussi beaucoup.
Pour les plans plus profonds, il nous faut gagner en conscience. Car tant qu’on est inconscient, la décharge est, hélas, la plus virulente pour le public. Or les contes que l’on choisit sont ceux qui nous appellent, nous parlent le plus intimement. Sans qu’on y prenne garde, le récit exprime nos sentiments et troubles les plus enfouis.

Le premier signal vient avec le sentiment qu’on prend un risque à dire ce conte : quelque chose pourrait nous submerger (une émotion, une colère, une violence, une tristesse, etc.), ou bien on vit des « blancs » (pertes de mémoires, vides d’énergie, présence qui s’absente)… Ceci alerte notre attention.

Le travail sur soi permet de prendre soin de ce qui nous concerne intimement pour intégrer cela en une nouvelle conscience. La décharge disparait alors : elle n’est plus « balancée sur le public », même si nous n’avons rien résolu. C’est très encourageant : la conscience suffit pour libérer le public. Les conteurs savent tous qu’on ne parle jamais que de soi-même. Mais il y a la manière lourde et la manière légère !

Nous ayant ainsi révélé ce qu’il voulait nous dire, le conte a fini son travail pour nous. Parfois on ne veut plus le dire ou on le laisse dormir un temps. Puis, un jour, on le redécouvre et on s’ouvre à sa vaste beauté qu’auparavant notre décharge nous masquait. De cela aussi tous les conteurs témoignent.

Libérée de son filtre ancien, notre vision s’est élargie. C’est à cela que le conte nous préparait, en sa sagesse. L’inévitable décharge est dépassée. La multiplicité des sens se déploie et nous sommes prêts à dire le conte en public : plus rien ne tremble mais personne n’est mieux placé que nous, qui avons fait cette traversée. Notre parole en sera forte et digne.

Parfois, dans des moments de grâce, il arrive qu’on en vienne à lâcher tout sens. Alors les personnages évoluent, vivants, libres, mystérieux et la puissance du conte est à son comble. C’est dans ces instants, qu’à mon goût, le conteur touche l’artistique."

Catherine Zarcate

PROCHAINEMENT

Le samedi 26 septembre 2015 de 14h à 22h à Genève (Suisse) :

L’Épopée du Singe Pèlerin

EXCEPTIONNEL : DERNIÈRE SOIRÉE LONGUE DE CETTE SÉRIE !! Ne tardez plus à réserver !

- Récit intégral : « Le Singe Pèlerin » par Catherine Zarcate

« Œuvre majeure de la littérature chinoise, Le Singe Pèlerin ou le Voyage Vers L’Ouest conte les aventures burlesques et épiques du moine Tripitaka à l’excellente bonté, parti de Chine pour aller en Inde chercher des Ecritures sacrées. Quatre étranges disciples issus du Ciel l’accompagnent dans ce périlleux voyage. Le principal, l’incontrôlable Singe Sun Wu Kong, incarnation de l’esprit libre, devient vite le héros de l’aventure. »

Le Singe Pèlerin
Pour la première fois à Genève en 1 récit.
Habituellement, Catherine Zarcate conte Le Singe en trois Spectacles séparés. Cette soirée sera une occasion unique de les écouter dans leur unité.

Le Singe Pèlerin est une œuvre majeure de la tradition orale chinoise. Un récit très connu, dont l’Opéra de Pékin présente les épisodes les plus célèbres lors de ses tournées internationales.
Histoire très drôle et profonde à la fois. Le Singe, d’une prodigieuse insolence, part de la Chine en Inde pour rapporter des textes sacrés a l’empereur des Tang avec son maître, le moine San Tsang.
Le moine est un homme de cœur, mais d’une naïveté ahurissante. Sans le Singe qui voit au delà des apparences, il se ferait manger par le premier démon des montagnes venu....

Du début de l’après-midi jusqu’au coucher, Catherine Zarcate nous plongera dans ce roman épique, entrecoupé de trois entractes dont un repas.

- Partie 1 : Contes Chinois classiques, en guise d’introduction
- Partie 2 : Début de l’épopée : La naissance du Singe et le chaos qu’il mit au Ciel
- Partie 3 : Suite de l’épopée : Les divinités et l’Empereur de Chine déclenchent la grande quête
- Partie 4 : Suite et fin de l’épopée : Moments clés : rencontre des autres disciples célestes ; choix d’aventures ; fin triomphale.

Les Aériens (habitants d’Aire-la-Ville) nous invitent en leur grande et belle salle polyvalente à Aire-la-Ville, 11 chemin de Mussel. Le lieu est facilement accessible. En voiture, depuis la sortie d’autoroute de Bernex. Avec le bus 5 depuis le terminus du tram 14 à Bernex.

- retrouvez toutes les infos et pour réserver ici : www.alterreso.ch
Tél : 0041 (0)22 321 01 43 / info@alterreso.ch

Lieu : Salle Polyvalente
chemin de Mussel 11, 1288 AIRE-LA-VILLE - SUISSE

Tarif : 70 Frs soit 60 € (repas compris), tarif réduit 40 Frs soit 34 €

Réservations pour les programmateurs :
Nicolas Montarry / 0033 (0)6 46 64 27 69 / prod@catherine-zarcate.com

FORMATIONS

Du 06 au 10 juillet 2015, dans Les Vosges :

Stage pratique, niveaux « au delà d’intermédiaire » :

« Contes et Nature, la nature Humaine »

Lors du rapprochement avec la nature chaque stagiaire conteur pourra sentir comment ancrer sa parole au cœur de l’intime, en contact avec son identité, de manière solide, saine, fiable et riche d’avenir...

Ce stage est confirmé - Les inscriptions sont closes.

Formatrice : Catherine Zarcate

Renseignements et inscriptions : info@catherine-zarcate.com

Atelier annuel

Printemps 2015 / Printemps 2016
L’Atelier des Lents - Atelier d’Élan

Catherine Zarcate lance un Atelier annuel se proposant d’accompagner des projets, des rêves de dire, émanant de personnes aimant le patrimoine immatériel de l’humanité : contes, mythes, épopées.

LES INSCRIPTIONS SONT OUVERTES POUR LA SESSION 2016 /2017

Les 12 et 13 décembre 2015 à Montreuil (93) :

- Stage pratique, niveau « débutant » : « Découverte du Conte »
Formatrice : Catherine Zarcate

-  Stage « Découverte du conte : s’essayer à raconter à partir de l’écrit »

L’objectif de ce stage est de transmettre au stagiaire une méthode de travail pour tirer les contes de l’écrit et commencer à les mener vers une parole vivante.

LES INSCRIPTIONS SONT OUVERTES : ce stage est confirmé.

Renseignements et inscriptions : info@catherine-zarcate.com

Les 09 et 10 avril 2016 à Paris :

- Stage pratique, niveau « débutant » : « Découverte du Conte »
Formatrice : Catherine Zarcate

- Stage « Découverte du conte : s’essayer à raconter, porté par l’oralité »

Très ludique, ce stage a pour objectif de permettre au stagiaire de découvrir les capacités de l’oreille, la facilité incroyable de retenir un conte qu’il a seulement écouté et le redire dans la foulée. Cette approche très orale donne confiance, permet de « se jeter à l’eau » en douceur, donne la référence de l’oralité et éveille la curiosité sur la richesse de l’univers des contes.

ATTENTION : ce stage est déjà annoncé pour l’année 2016 !

Renseignements et inscriptions : info@catherine-zarcate.com

J’AIME
Parution du CD du Mahâbhârata par Cécile Hurbault chez notre ami Oui Dire Editions ! J’avais vu le Spectacle à Epos, avais adoré et vous en avais parlé ici. Maintenant j’ai écouté la suite, et j’adore tout autant ! A vos oreilles !
JE RECOMMANDE

Deux festivals qui se suivent pour aller de la mer à la montagne !

Le Festival du Conte à Baden (56) du 19 au 25 juillet !

Et le Festival Nouvelles du Conte, à Bourdeaux(26) du 24 juillet au 8 août - Un festival comme un air de famille.

Bonnes vacances à tous !