Nous rappelons à chacun que ces éditos appartiennent à Catherine Zarcate. Ces textes ne seront réellement publics qu’une fois édités. Nous cherchons un éditeur... En attendant, le partage, même d’extraits, sur réseaux sociaux est interdit. De même, ne pas les transmettre par internet à vos amis. Nous faisons confiance à nos lecteurs pour leur respect de la propriété intellectuelle. Merci de votre collaboration !

Les Anciennes Lettres d'Infos
Septembre 2018 - Juillet / Août 2018 - Juin 2018 - Mai 2018 - Avril 2018 - Mars 2018 - Février 2018 - Janvier 2018 - Décembre 2017 - Novembre 2017 - Octobre 2017 - Septembre 2017 - Juillet/Aout 2017 - Juin 2017 - Mai 2017 - Avril 2017 - Mars 2017 - Février 2017 - Janvier 2017 - Décembre 2016 - Novembre 2016 - Octobre 2016 - Septembre 2016 - Juillet/Août - Juin 2016 - Mai 2016 - Avril 2016 - Mars 2016 - Février 2016 - Janvier 2016 - Décembre 2015 - Novembre 2015 - Octore 2015 - Septembre 2015 - Juillet-Aout 2015 - Juin 2015 - Mai 2015 - Avril 2015 - MARS 2015 - Février 2015 - Janvier 2015 - Décembre 2014 - Novembre 2014 - Octobre 2014 - Septembre 2014 - Juillet / Août 2014 - Juin 2014 - Mai 2014 - Avril 2014 - Mars 2014 - Février 2014 - Janvier 2014 - Décembre 2013 - Novembre 2013 - Octobre 2013 - Septembre 2013 - Juillet-Août 2013 - Juin 2013 - Mai 2013 - Avril 2013 - Mars 2013 - Février 2013 - Janvier 2013 - Décembre 2012 - Novembre 2012 - Octobre 2012 - Septembre 2012 - Juillet 2012 - Juin 2012 -
Edito mars 2013

Le silence dans l’art du conteur

" De même que l’écriture n’existe que grâce au blanc du papier, la parole du conteur surgit du silence et fait résonner sa qualité.
Le silence n’est pas le contraire de la parole. Il est le lieu même de son déploiement, le contenant, la matrice : il continue d’être là non seulement entre les mots, mais bien encore dans la parole, sous la parole, à travers la parole, en chaque mot, en chaque regard, dans le corps même du dit. Conter en sachant que le silence se poursuit permet à la paix de continuer d’être, à travers toutes les variations de rythmes et de couleurs du récit.
Le premier silence se fait en loge. C’est la concentration et l’intention qui œuvrent d’abord. Puis la joie et la fermeté s’unissent pour obtenir le calme, cette tranquillité silencieuse dans laquelle le récit va prendre racine. Si le conteur doute, se juge, « bavarde en lui-même », le public percevra une désunion.
Le silence est une écoute silencieuse, un alignement du conteur vis-à-vis de son conte et de ce qu’il porte. C’est là que le conteur est au service de plus grand que lui.
Le silence n’est pas le vide. Il devient un rythme juste de respiration, qui permet au public de créer ses images.
Alors quelque chose de très profond cristallise et il devient le lieu d’un partage : le conteur écoute – le public rêve. Chacun est autonome, au cœur de sa propre richesse – Communion. " CZ

PLEINS FEUX
" Sur les Ailes de la Bonté "

La création du Spectacle a eu lieu dans le cadre du 27ème Festival de Contes d’Hiver à Paris (75013), les 16 et 17 février 2013.

Merci d’être venus si nombreux soutenir cette création ! Si vous avez aimé ce Spectacle : parlez-en autour de vous !! Et si vous n’avez pas pu venir, il est encore temps de réserver :

Face au succès rencontré avec une salle comble les deux soirs, nous vous proposons une séance supplémentaire :

- Le 08 MARS 2013 à 20h30
Réservation conseillée

- "Sur les Ailes de la Bonté ", Création 2013, par Catherine Zarcate

Spectacle de 7 à 99 ans
(Conte tibétain)

« Deux enfants, aux prises avec l’adversité d’une reine-ogresse, traversent seuls les cimes, entourés de l’amour de leur mère par-delà la mort - comme une présence divine de la déesse Tara. Le contact avec leur bonté et leur innocence éveille la conscience des pires adversaires. »

Mystère bouddhiste à l’origine, ce récit émouvant est habité d’un sentiment de vastitude et de superbes images des hauteurs.

- au Centre Mandapa
6 rue Wurtz, 75013 PARIS
Métro Glacière
réservations : 01 45 89 99 00 / centremandapa@yahoo.fr

- Programmateurs, réservez directement auprès de : Nicolas Montarry / 06 46 64 27 69 / prod@catherine-zarcate.com

J’AIME
Beno Wa Zak alias Benoit Jacques

L’auberge de Tinong Binong
de Beno Wa Zak
édité par Benoît Jacques Books !

« Grand connaisseur de la Chine, il s’amuse avec brio dans un texte à la fois plein de références et en même temps délirant en relation avec notre monde actuel. »

« Il cherche, il cherche. Mais trouve-t-il seulement quelque chose ? »

- Pour commander c’est ici !

JE RECOMMANDE
La Grande Oreille

LA GRANDE OREILLE, la revue des arts de la parole, a consacré son numéro 52 aux Contes des Mille et Une Nuits :

« L’aube venait prendre Shahrazâd, parler n’était plus permis… Cette histoire est assurément très surprenante, dit le sultan, je suis désireux d’en ... » (lire la suite !)

Catherine Zarcate a répondu à quelques questions sur le thème pour ce numéro.

- la revue est en vente dans certains lieux et lors d’événements
- vous pouvez vous abonner

Venez écouter Catherine Zarcate conter les 1001 Nuits : le 14 septembre 2013, à Genève (Suisse) pour une nuit entière !!
- je réserve dès à présent !!

A LIRE
en référence au stage à venir

Préparation au stage « sentir les rythmes, oser les contrastes » par C. Zarcate

- 1. Définitions : rythme et pulsation

La pulsation fait « poum, poum, poum, poum » etc. toujours pareil, même intervalle.
Le rythme commence à « pa poum pa poum pa poum pa poum ». le cœur bat un rythme en deux pulsations.
Et le swing fait « pa poum pa tich tchi toi toi toi pa tchi tchi tick ! hé !! ».
N’est-ce pas ?
La pulsation est proche du « temps » des rythmes de musique : quand on « bat la mesure » à 4 temps, à 6 temps.

-  Lire la suite !