Nous rappelons à chacun que ces éditos appartiennent à Catherine Zarcate. Ces textes ne seront réellement publics qu’une fois édités. Nous cherchons un éditeur... En attendant, le partage, même d’extraits, sur réseaux sociaux est interdit. De même, ne pas les transmettre par internet à vos amis. Nous faisons confiance à nos lecteurs pour leur respect de la propriété intellectuelle. Merci de votre collaboration !

Les Anciennes Lettres d'Infos
Septembre 2018 - Juillet / Août 2018 - Juin 2018 - Mai 2018 - Avril 2018 - Mars 2018 - Février 2018 - Janvier 2018 - Décembre 2017 - Novembre 2017 - Octobre 2017 - Septembre 2017 - Juillet/Aout 2017 - Juin 2017 - Mai 2017 - Avril 2017 - Mars 2017 - Février 2017 - Janvier 2017 - Décembre 2016 - Novembre 2016 - Octobre 2016 - Septembre 2016 - Juillet/Août - Juin 2016 - Mai 2016 - Avril 2016 - Mars 2016 - Février 2016 - Janvier 2016 - Décembre 2015 - Novembre 2015 - Octore 2015 - Septembre 2015 - Juillet-Aout 2015 - Juin 2015 - Mai 2015 - Avril 2015 - MARS 2015 - Février 2015 - Janvier 2015 - Décembre 2014 - Novembre 2014 - Octobre 2014 - Septembre 2014 - Juillet / Août 2014 - Juin 2014 - Mai 2014 - Avril 2014 - Mars 2014 - Février 2014 - Janvier 2014 - Décembre 2013 - Novembre 2013 - Octobre 2013 - Septembre 2013 - Juillet-Août 2013 - Juin 2013 - Mai 2013 - Avril 2013 - Mars 2013 - Février 2013 - Janvier 2013 - Décembre 2012 - Novembre 2012 - Octobre 2012 - Septembre 2012 - Juillet 2012 - Juin 2012 -
Edito

Résonances symboliques de la fiche technique

« Le conteur crée un cadre très important pour son travail en constituant une fiche technique détaillant comment il construit son espace et tout ce dont il a physiquement besoin au plan des distances, lumières, micros, organisation de l’espace et des temps.

Reproductible partout, cette installation s’adapte à tous les types de lieux et les fait oublier s’ils sont ingrats ou neutres. C’est un indispensable outil de travail qui, avec l’habitude, devient une sorte de « seconde peau », tout comme l’habit de scène – dont j’ai déjà parlé ici. Sur scène, où notre être est très mobilisé, nous avons besoin de ce qui, à la fois, protège et permet l’ouverture optimale.

Le temps de cette installation technique est aussi, pour le conteur, celui de l’harmonisation avec le lieu : il collabore avec les techniciens, s’échauffe, se centre. A force, cette coquille devient un « chez soi » où le conteur se sent à l’aise et libre.

Or ce cadre n’est pas seulement une série de demandes matérielles. Sa simplicité n’est qu’apparente. En réalité, cette installation si précise préside à son équilibre. Le conteur est en harmonie avec elle par certains éléments qui résonnent secrètement avec son socle symbolique faits de fondements de son être où s’ancre son art, et qui sont convoqués lors du spectacle, à un point à peine décelable même pour le conteur, et qui l’amènent à se sentir complet, dépassant totalement l’être social du quotidien.

Comment faire alors, quand un lieu ne peut hélas fournir ce cadre ou s’il est incomplet ? Le conteur étant un artiste de terrain, il va s’adapter et trouver comment palier à ces manques. Il peut se passer quasiment de tout…. A une condition !...

C’est qu’il parvienne à se relier à son socle symbolique qui permettra l’ouverture optimale malgré l’absence des « secondes peaux ». S’il n’y parvient pas, il ne quittera pas le quotidien. S’il y parvient, c’est souvent que le cœur est intervenu. »

Catherine Zarcate

Prochainement

Oyez oyez ! Ne ratez pas
l’ultime performance de la série Genevoise !

Samedi 17 septembre 2016, de 16h30 à 21h30
Salle polyvalente d’Aire-la-Ville, tout près de GENEVE.

-  Catherine Zarcate raconte l’Égypte Antique

Programme détaillé :
Dès 16h : accueil avec carcadet et pâtisseries
De 16h30 à 18h30, 1ère partie : les contes d’amour
de 18h30 à 19h 30 : pause repas, mezze divers( Houmous, taboulé, aubergines grillées, feuilles de vigne... ) Puis dessert, basboussa, salade de fruits.
de 19h30 à 21h30, 2ème partie ,les mythes : la quête d’Isis
et jusqu’à 22h : petite douceur à la fin du récit !

Adresse : chemin de Mussel 11, 1288 Aire-la-Ville (tram 14 à Bernex, puis bus S. Sortie de l’autoroute à Bernex)
Age : dès 10 ans
Prix spectacle et repas :
50 Frs(45 € )par adulte,
25 Frs pour les Aériens et les enfants.

Information et réservations : www.alterreso.ch / info@alterreso.ch
tel. : 0041 22 321 01 43

Formations

Stage débutant : « Découverte du Conte : s’essayer à raconter à partir de l’écrit »
PROCHAINES DATES : 10 et 11 décembre 2016 sont modifiées. se renseigner
Inscriptions ouvertes
Direction : Catherine ZARCATE

Public : niveau débutant.
Avant de vous inscrire, il est nécessaire d’avoir écouté la conteuse sur scène, en CD, ou en ligne aux Éditions Oui’Dire pour vérifier que c’est bien le style qu’on choisit.
Entre émerveillement, poésie, rêverie, émotion et solidité, stabilité, rigueur, c’est tout l’art du conteur, son équilibre et ses bases que les stagiaires appréhenderont dans cette initiation, expérimentant le chemin à parcourir pour rendre vivant un conte lu dans un livre.

Objectifs  : Comment lire un conte pour laisser monter les images d’emblée et créer son « film » à partir duquel on trouvera aisément comment dire le conte.
Quitter l’écrit, tout en respectant fidèlement son contenu ; trouver la vivacité de l’oralité, ne pas fixer ni figer la parole ; découvrir « la matière des contes » (les images et symboles dont ils sont faits, tout autant que les structures qui les organisent) ; recevoir les repères pour choisir ses propres contes à l’avenir.

Pédagogie  : La formatrice remettra au stagiaire, lors de son inscription, un dossier pédagogique contenant : 3 versions d’un unique conte merveilleux. L’imprimer et l’apporter.

Programme  :
Jour 1 :
Jeu des prénoms
Travail de rêverie « du texte au film » : Lire le conte pour parvenir à le « rêver » : expérimenter la manière de lire qui facilite l’oralité. Allers retours entre rêveries et relectures : laisser monter les images.
Personnages et situations : se poser les bonnes questions. Repérer les moments clés.
Le merveilleux : définition, poésie. Sentiments et symboles (percevoir le mystère, la beauté, l’inexplicable, la finesse symbolique inscrite dans la structure de ces récits immémoriaux). Comparaison des versions ; Échanges et partages ; percevoir l’espace de liberté du conteur...
Jour 2 :
Travail du « film aux mots » : durant cette journée, les stagiaires s’entraîneront de manière ludique (car sans temps de latence réelle) à raconter des extraits du conte où leur vision est la plus précise. On s’émerveillera alors de diversité des styles.
Travailler avec ses propres ressources : mémoires sensorielles du stagiaire (sensations, sentiments, humanité, pour comprendre et croquer les caractères des personnages, etc.).

Effectif  : 11 personnes maximum
Lieu  : PARIS 11 - métro Parmentier
Durée  : 2 jours, de 9h30 à 17h30 environ

Tarifs  : individuels 220 € / formation permanente 400 € HT (16h de formation).
Renseignements et inscription : info@catherine-zarcate.com


Stage "Découverte du Conte à partir de l’oralité"

Prochaines dates : 1er et 2 avril 2017 INSCRIPTIONS OUVERTES

Direction : Catherine ZARCATE

Public : ouvert à tous. Priorité aux personnes ayant fait le stage « Découverte du Conte à partir de l’écrit ».

Il est nécessaire d’avoir écouté le style de Catherine Zarcate sur scène ou en CD (éditions Oui’Dire) avant de choisir ce stage pour savoir si c’est bien ce style qu’on choisit pour sa formation.

Objectifs  : ce stage permettra au stagiaire de découvrir par l’oreille la musique et la puissance de l’oralité. En redisant un conte qui lui est transmis oralement, il découvrira, en les vivant, les facilités et difficultés de l’oralité. Ce travail sera accompagné d’un bagage de compréhension (ossature du récit, éléments symboliques) pour éviter les erreurs grossières du mode « écouter/redire ». Le stagiaire remarquera comment ces outils soulagent la mémoire. Ces deux pôles – oralité et étude – lui donneront les repères pour agrandir son répertoire de manière fiable et oraliser à son tour ses futurs récits issus de l’écrit.

Programme  :
- Écoute : la formatrice transmet oralement le conte 1
- Étude (structure et sens, éléments culturels) : où être précis et fidèle ? Où se sentir libre ?
- Essais : les stagiaires content à leur tour, les uns pour les autres (en mini groupes) des bouts du conte.
Impressions (plaisirs, difficultés, etc.) de l’oralité.
- Réécoute et nouveaux essais.
Même travail pour environs 4 contes.

Effectif  : 12 personnes maximum
Lieu : Paris 11é ou Montreuil (93100)
Durée : 2 jours, de 9h30 à 17h30 environ

Tarifs  : individuels 220 € ttc / formation permanente 440 € ttc(14h de formation).
N° organisme formateur : 117 529 826 75

Renseignements et inscription info@catherine-zarcate.com

J’aime

Pour ceux qui partagent mon goût des chinoiseries : voici ma trouvaille de la rentrée !
Un merveilleux livre d’un homme libre, un peu semblable à Molière... l’esprit du tao et l’humour qui imprègnent ces lignes font un bien fou ! Magnifique traducteur.

Les Carnets Secrets de Li Hu. Trad. Jacques Dars
Résumé :
Tout au long de sa vie, ce lettré chinois du XVIIe siècle a rédigé des textes, véritables recettes pour transformer le quotidien en moments de bonheur, qu’il s’agisse du charme des femmes, de l’art du jardin, de l’aménagement de la maison, de la cuisson du riz ou de la contemplation de la nature. Ces textes permettent d’appréhender l’art de vivre d’un monde aujourd’hui disparu.