Le Réseau Professionnel des Conteurs francophones, des arts de la parole et du Récit.
S'inscrire Déjà inscrit : Votre compte | mot de passe oublié ?
 

Vous nêtes pas seul... 210 visiteurs en ce moment

Visiteurs et Abonnés, nous travaillons à des modifications importantes, risque de perturbations... mille et une excuses., si vous rencontrez le moindre problème lors de votre navigation ou de l’utilisation des services Internet, contactez, Gérard Savoye : Mél : horetol@horetol.com - Tél : 04 2273 1254 / 06 0726 1364
Le site en quelques chiffres : 428 Rubriques - 5 089 Articles - 698 événements - 1755 Abonnés 22 35 Inscrits - 2 362 976 clics sur Profils - 13 870 Visiteurs, 67 515 Visites/mois en moyenne depuis le 1er janvier - 34 400 pages référencées dans Google).
Infos Hebdo Annuaire Spectacles Formations Calendrier Actualités Abonnements Mode d’emploi


Festival Rumeurs Urbaines 02. Nous suivre

Nous suivre


Sur les réseaux sociaux


Rejoignez-nous sur Facebook !

Avec la newsletter

S’abonner

Chronique du temps qui passe - Edito de janvier 2017

Bon, vous êtes parés pour 2017, je vous préviens ils sont gonflés à bloc les mecs, les Poutine, Trump, Fillon, Netanyahou, les Orban, Erdogan and Co. Gonflés à la testostérone, ça dégaine vite, ça rengaine aussi dans le roman national, ça réinvente l’Histoire à la petite semaine. Ça roule plein gaz de schiste, attention virage serré à droite, à fond vers le conservatisme bien rigide, l’isolationnisme riquiqui. C’était si bien avant quand on était les plus forts, quand on avait tous notre petit Empire, radio nostalgie qui balance une musique frénétique chaotique apocalyptique.

Excusez-moi, je ne voulais pas déjà vous saper le moral, allez je vous fais un bon café, un mokka bien serré, sans sucre c’est meilleur, ou une séance de shiatsu, ou je vous offre une place pour le dernier Jim Jarmusch, mais je vous en supplie ne commencez pas l’année en totale déprime.
Dans la première scène d’Operette Morali du grand poète italien Giacomo Léopardi (nous avions créé cette pièce vers la fin des années 80 avec Gabriel Debray au théâtre des Bouffes du Nord à Paris), un vendeur d’almanachs aborde un passant pour lui proposer celui de la nouvelle année (qui ne contient que des bonnes nouvelles bien sûr). Le passant veut bien en acheter un, à condition que le vendeur réponde à la question : voudriez-vous revivre votre vie ? 
- Oui ! Répond aussitôt le vendeur
Mais le passant poursuit : oui, avec les bons moments mais aussi les moments les plus douloureux.
Chaque fois que j’entendais ce dialogue, je me projetais aussitôt dans le futur, imaginant uniquement des moments de bonheur à vivre. Regardons le passé pour avancer vers demain, mais projetons nous vers demain pour ne pas gâcher le présent. Pas de « nostalgicologie plombante » ; sur les berges de la Seine une jolie petite rousse avec des tresses mange une mousse au chocolat, regarde les souvenirs qui flottent et s’en vont vers la mer, ça fait juste une jolie chanson.

Et vous au fait, voudriez-vous revivre votre vie ?
Je vous laisse un peu de temps pour répondre.

Il y avait aussi cette série des années 70, La machine à remonter le temps, vous l’avez vue à la télé, on devait avoir treize ou quatorze ans (oui je sais, on n’a pas tous le même âge, regardez sur YouTube sinon). Des savants entraient dans un tunnel pour être envoyés dans le passé et régler un problème, mais à chaque fois la machine se plantait et ils se retrouvaient dans un temps historique plus lointain. Sachant par avance ce qui qui allait se produire, ils intervenaient et modifiaient un peu le cours des choses, ils sauvaient ainsi des vies. Je ne sais pas vous, mais moi j’en rêvais de pouvoir modifier l’ordre des choses.

Nasr Eddin Hodja vient de mourir, on l’emmène jusqu’à sa dernière demeure. Il fait très chaud, les hommes qui le portent à bout de bras peinent et arrivent à la croisée de deux chemins. Là, ils ne sont pas d’accord, les uns veulent prendre le chemin de droite le plus court, les autres l’inverse, on va plus vite par le chemin de gauche. Ils se disputent et déposent la dépouille du Hodja sur les pierres brûlantes. Alors Nasr Eddin se redresse et leur dit : moi, quand j’étais pressé, j’allais toujours tout droit ! A sacré Nasr Eddin, je vais lancer une pétition pour qu’il soit introduit dans les manuels scolaires au même titre que nos ancêtres les Gaulois.

Pour 2017 pas question de faire l’autruche. Attendez, je ne sais pas pourquoi on se moque des autruches, c’est entièrement faux, elles ne cachent pas leurs yeux quand vient le danger, non elles sont très courageuses, elles affrontent les hyènes pour protéger leurs petits. Je vais lancer une pétition pour réhabiliter l’image des autruches et peut être proposer qu’elles soient la nouvelle mascotte des Rumeurs Urbaines.

Jusqu’en juin encore, on pouvait écouter une très belle émission sur France Culture : Terre à Terre. Des reportages sur des initiatives personnelles ou collectives, qui proposaient des alternatives à notre modèle de vie (retour à la terre, mouvements solidaires économico-écologiques…), bref, des aventures humaines portées par une volonté de repenser le commun. C’était une émission pleine d’énergie, porteuse d’espoir. On l’a supprimée de la grille, pourquoi ? Si on n’en parle plus sur France Culture, cela ne veut pas dire que ces aventures ne se poursuivent pas, bien au contraire. D’ailleurs je vous propose de lancer une pétition pour que la chaîne réintègre l’émission dans sa grille.

Voudriez-vous revivre votre vie ? Faut-il déjà réveiller le Hodja ? Ou bien faut-il remonter le temps pour modifier le futur ? Je ne sais pas quel est votre choix, vous pouvez toujours nous écrire, si vous en avez envie. Moi, je me dis que je ne veux pas davantage la subir cette vie qui s’avance, faire l’autruche ; bien au contraire, j’ai envie de la vivre pleinement fraternellement solidairement chaleureusement et autruchement, avec vous, cette année nouvelle.

Le Temps de Vivre

Conformément à la loi « informatique et libertés » du 6 janvier 1978 modifiée en 2004, vous bénéficiez d’un droit d’accès et de rectification aux informations qui vous concernent, que vous pouvez exercer en vous adressant à la Cie Théâtrale Le Temps de Vivre, 9 rue de Strasbourg, 92700 Colombes - info@le-temps-de-vivre.info



 Dans ces rubriques...
Festival Rumeurs Urbaines 01. Nous trouver

Nous trouver

Venir nous voir Compagnie Théâtrale Le Temps de Vivre 9 rue de Strasbourg 92700 Colombes 01 47 60 00 98 E-mail : info@le-temps-de-vivre.info Nous écrire Rachid Akbal, direction artistique (...) Lire la suite...