Presse - MONDORAL : Portail du Conte et des Arts de la Parole.







Ils en parlent...

Presse

Mise à jour le 05/05/2017



CONTELLES PASTEL à LA COMEDIE DE LA PASSERELLE

Petits contes à tiroirs, comptines et chansons enfantines, Mado Lagoutte raconte pour les « toutes petites personnes », en s’accompagnant de quelques instruments (bâton de pluie, senza...). Jeux de mains, de doigts, de pieds, le corps y est à l’honneur, véritable terrain d’aventures pour ce public qui écoute bien plus qu’avec ses seules oreilles. Elle construit autour d’un petit personnage, Tom, un joli mélange d’histoires où deux oursons naïfs se font berner par un renard, où un petit oiseau chatouille le ventre d’un loup. Un Spectacle tout en douceur, couleur pastel.

TELERAMA- Paris
juin 2013

PDF - 191.7 ko

CELLE QUI CONTE AUX OREILLES DES BEBES

Bonjour les bébés, bonjour les grandes personnes ! Accompagnés de leur maman, papa, nounou ou grand-parent, vingt bébés ont écouté ou entendu Les Contelles pastel de Mado Lagoutte ce mercredi matin à la bibliothèque. Noan, à peine un mois, était le plus jeune.

En préambule, la conteuse tout de rouge vêtue, cheveux dressés sur la tête, pieds nus a prévenu : -Laissez les enfants babiller, bouger. Ne les retenez pas. Les enfants écoutent avec leurs oreilles et avec leurs doigts de pieds mais pas avec les yeux.

Mado a alors modulé 45 minutes de contes, de comptines, de chants. Elle a détaillé son corps, fait des bruits avec sa bouche, fredonné, mimé, enfilé des chaussettes, mangé un gâteau... et usé de son bâton de pluie. Ah, magie du bâton de pluie !Il a mis tous les enfants à l’arrêt, suspendu leurs mouvements, capté leur regard et annoncé une autre histoire.

Celle de Mado Lagoutte, conteuse pour bébé, a commencé en 1987. Elle a toujours baigné dedans entre un papa qui racontait toujours des histoires de son invention et une maman qui les racontait avec un pinceau. Depuis dix ans, elle en a fait sa profession pour petits et grands. Il lui faut beaucoup de temps pour construire ses Spectacles pour ce public qui ne lui dira jamais si cela lui a plu ou pas.

- Quoiqu’il en soit, je vais du début à la fin. Ce qui me dérange, c’est quand les bébés pleurent ; cela veut dire qu’ils sont en souffrance.
Elle puise son répertoire dans les contes de tradition orale, fait appel à la mémoire des nounous et des mamans qu’elle rencontre. C’est avec une berceuse sicilienne reçue de l’une d’elles qu’elle a mis fin en douceur à cette fabuleuse matinée. L’après-midi, Mado Lagoutte a conté pour les enfants à partir de 3 ans.

LA NOUVELLE REPUBLIQUE-Chauvigny et son pays-Saint-Julien l’Ars
vendredi 24 octobre 2008

PDF - 191.7 ko

RANDONNEE CONTES DU 9 SEPTEMBRE 2007 :
L’aube s’est levée, ce matin du 9 septembre dernier sur la vallée du Lunain pour laisser place à une belle journée ensoleillée. Mais ce jour-là, savez-vous qui a rayonné pendant toute notre promenade sur les sentiers méconnus de Vaux sur Lunain ? Une fée ? une sorcière ? une sirène ?

Dès les premiers pas, très vite, nous fûmes envoûtés, ensorcelés, entraînés dans le monde de l’imaginaire où la vie, la mort, l’amusement se côtoient avec pathétisme. Ce pathétisme que Mado sait si bien transmettre par des mots, des mots bien à elle. Sa chevelure brune, épaisse vole au vent ; ses mains s’agitent ; son corps se tord, se délie. Et puis, soudain... une voix mélodieuse monte. Mais oui, Mado chante. Cette invitation au rêve, à l’évasion, charme le public.

De la Fontaine de Saint Gengoult, au Nid du corbeau, en passant par le lavoir, les vergers, les randonneurs ont pu apprécié le talent de notre conteuse ; retenez bien son nom : Mado Lagoutte.
Elle est unique !!

L’ECHOGREVILLOIS
n°50-Octobre 2007

JPEG - 191 ko

IL ETAIT UNE FOIS... UN DIMANCHE ...AU-DELA DE L’ORDINAIRE...

Dimanche 9 septembre2007

PDF - 1.2 Mo

ANTILLA, l’hebdo de la Martinique
31 janvier 2007 :

3ème édition du festival du conte pour enfants :

La Parole aux conteurs

Huit conteurs, quatre régions du monde étaient invités à ce troisième festival du conte organisé par les services du Conseil Général de la Martinique. Les conteurs du festival : Abdon Fortuné Koumbha Kaf (Afrique) , Mado Lagoutte (France), Raphaël Annerose Fayo (Guadeloupe), Marie-Monique Jean-Gilles La Reine Soleil (Haïti), Caroline Castelli (France), Valer Egouy (Martinique),Dédé Duguet (Martinique), Mélisdjane Sézer (Moyen-Orient), Christine Laveder (France).

Du 1er au 15 décembre 2006, ils ont parcouru l’île pour raconter leurs histoires, nous offrant un répertoire riche à l’image de leurs origines diverses. Un festival de qualité qui permet de pérenniser la tradition du conte, et de participer à son évolution. Outre les prestations des conteurs, un séminaire Conte, mondialité et imaginaire était organisé à la Bibliothèque Schoelcher. Lors de ce séminaire les conteurs ont ouvert la réflexion sur le rôle du conteur, sa formation et son statut professionnel. La profession Conteur n’existe pas encore officiellement, elle entre dans la catégorie du comédien. Le conte est dans une phase d’évolution, étape nécessaire à sa survie. Si les formes ne sont pas les mêmes qu’il y a des dizaines d’années, en Martinique notamment, la parole n’en subsiste pas moins. Elle suscite de plus en plus d’intérêt de toutes parts.

MADO LAGOUTTE CONTE POUR LES TOUT-PETITS

Mado Lagoutte conte pour les enfants. Les enfants à venir qui sont encore bien au chaud dans le ventre de leur maman et les plus grands.
Un moment de conte qui s’écoute et se regarde. Jeux de mains, jeux de pieds ou comptines amusantes. Très proche de son public elle comprend leur propre langage et sait capter leur attention.

Comment vous est venue l’idée de conter pour les bébés ?

Ce sont eux qui sont venus vers moi. J’aime le silence. J’écoute le silence et j’attends beaucoup. Le fait d’être très silencieux permet aux autres de parler. En écoutant les bébés je me suis aperçue qu’ils attendaient de moi que je dise des choses. Je suis d’une famille où le conte est une tradition, mais aussi le chant et la peinture. Je me suis lancée. J’ai vu alors qu’il y avait quelque chose de magique qui se passait et j’ai continué. J’ai commencé à conter pour les bébés, je conte néanmoins pour les adultes aussi.

JE TRANSMETS DE L’IMAGINAIRE AUX ENFANTS

Que leur racontez-vous ?

Je leur raconte de vrais contes. Des contes de vie, de mort, des contes de naissance. J’aborde tout ce qui peut questionner les bébés. Je raconte des histoires que j’aime. Il ne faut pas que ce soit très long. Mais ça m’arrive aussi de conter à des bébés qui sont tellement à l’écoute que cela peut durer pendant une heure et demi. Je crois qu’on peut tout conter à des tout-petits.

Lors du séminaire avec les conteurs il a beaucoup été question du rôle pédagogique ou éducatif du conteur. Quelle est votre position à ce sujet ?

Quand je conte je ne suis pas du tout éducateur. Je suis éducateur de mes enfants, j’ai deux filles. En tant que conteuse pour les tout-petits, je n’ai pas le droit d’éduquer à la place des parents, c’est leur rôle et pas celui du conteur. Je transmets de l’imaginaire aux enfants. C’est la vie dite autrement. En rassurant. Le bébé a besoin d’être rassuré. D’abord parce qu’il se sépare de sa mère, et aussi parce qu’il est en attente de quelque chose. Il attend d’être nourri, tenu, il est toujours en attente.

N’est-il pas difficile pour les jeunes enfants de rester concentrés pendant le conte ?

Les tout-petits sont concentrés. Cela m’importe qu’ils écoutent à leur manière. Ils peuvent écouter en me tournant le dos ou en faisant autre chose. Mais ils sont toujours avec moi. Quand on observe, on se rend compte que leurs oreilles sont toujours grandes ouvertes. Ils reproduisent ce qu’ils me voient faire ou dire. Ils écoutent avec leur corps ce qu’ils diront plus tard avec des mots.
Propos recuillis par Leïla Hamitouche- Antilla Hebdo- Janvier 2007

LE REPUBLICAIN LORRAIN
28 mai 2006 :

Mado, une conteuse pleine de mimiques

Nilvange : Mado Lagoutte est une conteuse professionnelle spécialisée dans la petite enfance. Dernièrement, elle était à la médiathèque de Nilvange dans le cadre des bébés lecteurs. Son Spectacle Clapotis a rencontré un vif succès, puisqu’il ne restait plus une seule place pour les retardataires. La veille, Mado était déjà à la PMI de Nilvange où cette fois, elle avait rendez-vous avec les plus petits (à partir de 6 mois) et leurs parents. Pour l’occasion, elle a soufflé quelques histoires intitulées Contelles pastel . Tout de rouge vêtue et munie de son bâton musical, la jeune femme a, pendant près de trois quarts d’heure, relaté les périgrinations de Tom. Dans ce Spectacle plein d’à propos, Mado Lagoutte a détaillé aux enfants les différentes parties de leur corps : pied, genoux, tête, etc, leur apprenant également à reconnaître quelques bruits d’animaux.

Les bébés ont tendu une oreille attentive et les rires ont fusé à certains moments. Des mimiques et un talent fou, la conteuse a su capter l’attention des plus petits. Avec son mystérieux bâton qui fait de la musique après chaque conte, l’artiste a noué de solides amitiés avec les plus jeunes habitants de la commune !

LA MARNE
Mercredi 11 janvier 2006 :

Médiathèque municipale Elsa-Triolet

JEUX DE MAINS, JEUX D’ENFANTS VILLEPARISIENS

Le 17 décembre dernier, à la médiathèque municipale Elsa-Triolet, Mado Lagoutte a invité de nombreux parents et leurs bouts de chou de moins de 3 ans à plonger dans un formidable océan de tendresse en mêlant berceuses et jeux de mains.

Cette conteuse avait déjà démontré son immense talent, en novembre dernier, à l’occasion du Clapotis pour les moins de 3 ans, qui avaient bu ses paroles alors qu’elle narrait, immergée dans sa baignoire, l’histoire de Géraldine partant à la recherche de son poisson rouge.

LA REPUBLIQUE DE SEINE-ET-MARNE
lundi 6 juin 2005 :

Contes et Contelles ...Mado Lagoutte à la médiathèque de Pontault-Combault

Du 21 mai au 1er juin, la conteuse Mado Lagoutte a proposé aux enfants une série de Spectacles (les Contes du bric-à-brac pour les 4-6 ans et les Contelles pastel pour les tout-petits de 0 à 3 ans.
Pour les Contes du bric-à-brac , la conteuse est partie de sa maison d’enfance qu’elle appelait le Bric-à-Brac. Dans ce Bric-à-Brac, on rencontre un tas de personnages : une sirène, un scarabée,... et beaucoup d’objets : une clé, une boucle d’oreille...qui servent de point de départ à un Spectacle loufoque.

Dans les Contelles pastel , la découverte du corps et le mouvement servent d’entrée en matière au Spectacle : jeux de doigts (le pouce se réveille et dit bonjour à Papa-Maman), la conteuse fait connaissance avec ses Pieds (habillés avec de très belles chaussettes à rayures blanche et rouge) qui vont l’accompagner tout au long de la séance. Elle danse, bouge le bassin, les fesses... et beaucoup d’enfants ont cherché à l’imiter.

Après la découverte du corps, vient le temps des histoires : 2 frères oursons (un blanc, un noir) se disputent un gâteau, un p’tit oiseau se retrouve dans le ventre d’un loup glouton mais finit par s’envoler grâce à un chasseur malicieux.

Il s’agit d’un Spectacle très vivant, énergique et tendre à la fois, Mado Lagoutte donnant des tonalités et des rythmes très différents à sa voix en fonction des personnages et des évènements (suspens, moments rassurants,...)

Des timbales, un triangle et un bâton de pluie ponctuaient la séance.
Bébés, enfants et adultes (plus de 150 sur l’ensemble des trois séances) étaient ravis !

03 juillet 2006




site géré par Presse - Créé et Hébergé par Provence Infos, Graphisme Mots-en-Couleurs.