Ça défile de gauche à droite... bingo.

La Compagnie Vortex

Ne doutons jamais qu’un petit groupe d’individus conscients et engagés puisse changer le monde. C’est même de cette façon que cela s’est toujours produit.

Margaret Mead, anthropologue américaine.

En Australie, il existe des arbres dont les graines ne s’ouvrent que sous l’action du feu.
Tonnerre et foudre allument de gigantesques brasiers libérant la semence, promesse de renouveau.

En poussant la porte de ma cinquantième année, je me retrouve au seuil d’un nouveau monde...

La danse fut mon premier grand amour, un amour exigeant et souvent source de souffrance. J’y croisais de grandes figures telles Claude Bessy, Yvette Chauviré, Andreij Glegolsky ou Joseph Russillo.

Mon second grand amour fut l’Irlande, où mes parents partirent s’installer, dans le comté de Cork. J’avais alors quinze ans.
J’y fus inspirée jusqu’au fond de l’âme par la Nature, cette terre magique entre ciel et mer, mais aussi par son peuple, épris de simplicité, d’authenticité et surtout de liberté. Et que dire de ses chants ? Ils traduisent,
lumineuse clarté, tout ce que je viens d’évoquer. J’ai donc eu la grande chance d’hériter d’une tradition orale vivante, notamment grâce à une famille célèbre pour ses musiciens et ses chanteuses, the O’Dwyer’s.
Quelque chose en moi s’est reconnu dans la perpétuelle tentative d’un peuple pour s’affranchir d’un joug étranger... j’ai cependant vite reconnu que les jougs les plus puissants ne sont pas forcément les jougs extérieurs.
Un peu plus tard, mes premières aventures de chanteuse - entre autre dans le John Morgan Band, un groupe de blues, boogie and rock’n roll dont Eddie Barclay fut le manager pendant un temps – mais aussi avec Brigitte Lesnes, Anne-Marie Deschamps et l’Ensemble Venance Fortunat : magnifique monde de la musique sacrée et médiévale.
Enfin, la rencontre avec Abbi Patrix et la Compagnie du Cercle qui allait marquer, sans que je le sache à l’époque, la fin d’une errance.

Le feu de ces expériences a progressivement libéré ma graine de vie, et voici que se découvre à moi une perspective artistique bien sûr, mais aussi une exigence humaine.

Tout est à repenser, tout est à commencer !

Caroline Sire

La compagnie Vortex est dirigée par Caroline Sire.

Ses créations prennent racine dans un répertoire
de récits épiques et mythologiques, de grands
textes de la littérature orale ainsi que de nouvelles
et de poésie contemporaines.
Le traitement artistique de ce répertoire met en valeur
l’art de l’interprète par la combinaison du jeu d’acteur, du
chant et du mouvement. Quant à la forme, elle évolue du solo
au Spectacle-évènement en passant par le concert d’histoires.
La Compagnie VORTEX se propose de revivifier la dimension symbolique
des récits traditionnels par la confrontation au réel et à l’actualité du monde, et de la faire résonner au
plus profond de nos imaginaires. Une façon de tout à la fois redonner du sens et d’impulser un élan au
sein d’une société déformée par la globalisation, la virtualité, l’absurdité.
Autant dire être au-dessus des terres et dans les caves du monde.

Vortex, définition : | nom masculin. Puissant élan d’énergie, ascendante et accélérante, inscrit autour d’un axe fort et universel.