Avec Ma Mère l’Algérie j’aimerais que le spectateur, en sortant du théâtre, ressente l’Algérie. Pour ma mère, sa terre natale n’était que poésie : c’était la neige et les oranges dans la neige, c’était les vergers en fleurs, c’était les durs travaux des champs... Cette mère représente aussi toutes les mères de l’immigration : elles sont le courage et l’amour, porteuses en grande partie de la mémoire.

L’histoire est tirée d’un conte traditionnel. C’est un choix pour s’adresser simplement au plus grand nombre : les codes sont simples, le théâtre est nu et le conteur/acteur est sur un fil face au public, il ouvre l’imaginaire en jouant sur les émotions de celui qui écoute.

En savoir plus

JPEG - 23.4 ko

Avec Baba la France , je voudrais que le spectateur admire la valeur et la bravoure de ces travailleurs exilés volontaires pris dans les tenailles de la guerre d’Algérie sur le sol français. La guerre d’Algérie a porté le nom « d’évènements » pendant très longtemps, cette guerre a imposé le silence, ce silence a cousu les bouches des pères et laissé les enfants sans réponses. Je voudrais que le spectateur comme le fils de Baba ne supporte plus le silence.

Baba le France est un récit très écrit avec une forme cyclique moins évidente qui nous emporte dans les aller-retour de la mémoire.
La partition du sensible est partagée entre le jeu de l’acteur, le jeu des lumières et la musique enregistrée. Je voulais une transition souple et exigeante vers une forme théâtrale.

En savoir plus

Alger Terminal 2 est un retour vers la terre mère. J’ai choisi de suivre Kaci, le fils de Baba : il est l’enfant de l’indépendance, il est aussi l’enfant de l’immigration, et il est le père de cette génération qui ne trouve pas encore vraiment sa place en France.

Les grands pères ont renoncé au retour, les enfants ont été programmés pour le retour qu’ils n’ont jamais fait et les petits-enfants sont français. Et pourtant l’Algérie les hante tous, ils partagent ses déchirements et ses espoirs. J’ai voulu que ce troisième volet nous parle davantage de l’Algérie, de cette terre meurtrie par dix années de guerre civile.

Alger Terminal 2 parle d’aujourd’hui, et pour moi, le Spectacle devait être plus en phase avec les techniques actuelles du théâtre. Même si on retrouve sur scène de la vidéo, des images d’archives, des micros et de la musique sur ordinateur, le récit reste central. C’est un théâtre documentaire, où le comédien autant que le spectateur sont les témoins du drame qui se joue.

En savoir plus

Les trois épisodes peuvent être vu séparément mais en les voyant à la suite on suit le cours de l’Histoire, on retrouve des passages qui se répondent et se prolongent.

Le voyage dans ces trois formes peut et doit se vivre dans les deux sens : pour dissiper les frontières et mêler les publics.

PDF - 676.3 ko
Dossier de présentation


Site Rubriques 14339 géré par : Cie Le Temps de Vivre
Graphisme : L'oeil carré - Osirine 03 44 15 13 72 à Beauvais
© 2017 - Patrick Roudeix, Webmestre Mondoral - Site : www.mondoral.org